Visitor:
Animal Protection > Worldwide Actions > France
France - World Day Against Speciesism

From: "y\.bon" <y.bon@free.fr>

Date: May 22, 2010 7:47:11 PM HST

To: selkie@hawaii.rr.com

Subject: call for the World Day Against Speciesism: June 5, 2010 (eng, fr)



Hi!

My name is Yves Bonnardel. I am an animal rights activist living in France.


I thought I'd pass this call onto you (please see below; this call is in English and in French)... Please feel free to circulate widely!

Even if people can't organize an event because of the short notice, it'd be nice to spread the idea so that people get to learn about it and so that they can organize an event some other time...

The idea is to promote the concept of speciesism as an important notion for public and political action regarding the issue of animals.

I am convinced that there are lots of people out there who're interested in the same project and who either haven't considered it or are doing their own events individually, and I think that in order to make a real change for animals, it's really important that we join our efforts and get visibility worldwide.

You can publicize and report your events at http://reseau-antispeciste.org/  (please see below)


Best wishes and thanks for what you do for animals!
Let's join efforts!


Yves Bonnardel


World Day Against Speciesism: June 5, 2010

We ill-treat and kill hundreds of millions of animals each day. In order to justify that, we have convinced ourselves that their lives and sufferings are not worth much: "they are just animals!"

However, animals are sensitive beings that also want to avoid suffering and that wish to enjoy their lives. Just like humans.

Speciesism is to species what racism is to race, i.e. the will to disregard the interests of some individuals in order to give advantage to others under arbitrary excuses. A series of (existing or imaginary) differences that bear no logical link with what they are supposed to legitimize is put forward. Having a high or less high level of intelligence or belonging or not to the human species is not a rational criterion for discrimination. Speciesist discrimination is therefore indefensible.

Speciesism is an irrational ideology, and society as a whole has to take position against the totally unfair practices that it generates.

In pratice, speciesism is an ideology which justifies the use of animals by humans in ways that would be unacceptable if the victims were humans.

Animals are bred and slaughtered for their meat, their milk, their eggs, their skins (leather, fur), their silk; they are fished for human consumption; they are used for scientific experiments; hunted for entertainment; locked up for life in zoos and dolphinaria; trained and exploited in circuses, killed for shows (such as bullfights), etc.

Fighting against these practices and against their underlying ideology is the task of the movement against speciesism.

The World Day Against Speciesism will take place on June 5, 2010, and it will be held for the third year in a row.

All over the world actions are being organized in order to protest against an ideology which is as reprehensible as racism or sexism and which causes countless numbers of victims that generally undergo appalling lives and deaths.

Meat consumption is the main reason for such a tragedy:

58 billion land vertebrates and even more fish and crustaceans (144 million tons) are killed each year in the world for that reason, that is solely for the taste of flesh consumption.

Speciesism cannot be justified nor can the oppressions resulting from it.
Let's abolish meat and all other form of animal exploitation!



About speciesism


Why is it necessary to question the notion of speciesism? Because it is the underlying ideology for both the laws which deny rights to animals and the practices generated by them.

Here are some examples from our experience as activists:

Regarding criticism against some practices:

- How can we seriously put on the same level, on the one hand, the fundamental interests of animals not to be killed and, on the other hand, the human interest to eat them, which in comparison is nothing but a whim? That is speciesism.

- If it is illegitimate to use human beings for vivisection, why use animals from other species? Is it not solely because of speciesism?
- If we do not wish to be locked up, amputated and killed, how can we justify our doing it to other beings that suffer from these pratices just the same? That is speciesism.

- Why do we deny rights to animals? Is it solely due to the fact that they are "just" animals? That is speciesism.


The notion of speciesism is also important because:

- speciesism rests upon the same ideological bases as racist or sexist discriminations which use "nature" in order to justify the inferiorization of some individuals. The "nature" of animals is thought of as inferior because it is said to be "animal", "instinctive", "programmed" whereas the "nature" of humans is thought of as superior because it is said to be "free", "rational" or "spiritual". These "inferior" and "superior" "natures" are supposed to legitimize human domination over other sentient beings.

- by definition, the notion of equality cannot rest upon arbitrary criteria; otherwise it is no longer equality, but injustice and inequality. This notion must embrace all the beings that have interests to defend and therefore interests that have to be defended, that is to say: all sentient beings. There mustn't be double moral standards: one, egalitarian among humans and humans only, and the other, elitist and unfair towards others.

- the notion of the speciesist ideology highlights the existence of a structured vision of the world which leads to the inferiorization and the invisibilization of animals.

Here are some effects of this ideology among others:
- animals do not generally appear as individuals, but rather they are perceived as undifferentiated specimens from their species;
- a confusion is often made between the fight for the recognition of their own individual interests and the fight for the preservation of species...

Here we are saying loud and clear that we care about sentient beings as individuals.

- Just as racism and sexism are political notions, speciesism is a political notion which enables us to make a social analysis of the animal rights issue. It enables us to view the fight as political and to put it in a parallel with the fights for liberation that came before it, and to think of actions for the short and the long term (e.g. the demand for the abolition of meat). By comparing it with racist and sexist ideologies and social systems, we make people realize that breeding, hunting, fishing and other practices of animal exploitation and oppression are not "natural", but that they are socially instituted, historically situated, ethically reprehensible, and that they can be fought against on a political level.

By drawing attention onto speciesism, the World Day Against Speciesism gives us the opportunity to assert the fact that the oppression of animals, just like that of humans, is not a matter of personal choice. In the same way that killing or ill-treating humans is not an issue of personal freedom, but is an injustice that has to be fought against, the animal rights issue has to appear as an ethical, social and political issue which concerns everyone and which society urgently needs to accept to discuss.




+ in french :
=====================




Bonjour,


je vous livre ci-dessous l'appel en français pour la Journée contre le spécisme, qui aura lieu le 5 juin prochain ; n'hésitez donc pas à marquer le coup en organisant des actions, en créant des événements, qu'il s'agisse de diffusion de tracts, d'actions barquette, d'organisation de débat ou toute autre initiative.

Vous pouvez annoncer les actions que vous comptez organiser sur : "Annonces d'actions pour la JMCS/Actions for WDAS" http://www.reseau-antispeciste.org/?cat=35

et vous pourrez ensuite publier un compte rendu, voire une recension de presse, sur : "Comptes rendus d'actions JMCS/WDAS Action Reports" http://www.reseau-antispeciste.org/?cat=36

Pour pouvoir publier, il suffit de vous inscrire auparavant sur http://www.reseau-antispeciste.org/  (en bas à droite)

Cet appel est aussi destiné à être relayé de façon internationale (il est traduit en langue anglaise ; vous pouvez me demander de vous envoyer la traduction si vous connaissez des personnes ou orgas à qui l'envoyer de par le monde), de manière à ce que la problèmatique du spécisme soit reprise aussi dans les autres pays. Un texte d'explicitation suit l'appel, qui souligne l'intérêt politique qu'il y a à s'emparer de la notion de "spécisme" et des analyses qu'elle suscite, des stratégies qu'elle permet.


bonne journée de printemps !

yves



5 juin 2010 : Journée mondiale contre le spécisme

http://www.reseau-antispeciste.org/

Nous maltraitons et tuons des centaines de millions d'animaux chaque jour. Pour justifier cela, nous nous sommes persuadé-e-s que leur vie et leurs souffrances ne valent pas grand-chose : « ce ne sont que des animaux ! ».
Or ce sont des êtres sensibles, qui eux aussi veulent éviter de souffrir et souhaitent jouir de leur vie. Comme les humains.

Le spécisme est à l'espèce ce que le racisme est à la race : la volonté de ne pas prendre en compte les intérêts de certains individus au bénéfice d'autres, sous des prétextes arbitraires. On invoque des différences (réelles ou imaginaires) sans lien logique avec ce qu'elles sont censées justifier. La plus ou moins grande intelligence, ou l'appartenance ou non à l'espèce humaine, ne constitue pas un critère rationnel de discrimination. La discrimination spéciste est donc indéfendable.

Le spécisme est une idéologie irrationnelle : la société dans son ensemble doit prendre position contre les pratiques qu'il engendre, qui sont injustes.

En pratique, le spécisme est l'idéologie qui justifie l'utilisation des animaux par les humains de manières qui ne seraient pas acceptées si les victimes étaient humaines.

Les animaux sont élevés et abattus pour fournir de la viande, du lait, des oeufs, leur peau (cuir, fourrure), de la soie ; ils sont pêchés pour la consommation ; ils sont utilisés pour des expériences scientifiques ; ils sont chassés pour un plaisir sportif ; ils sont enfermés à vie dans des zoos, des delphinariums, dressés et exploités dans des cirques, tués lors de spectacles (corridas...), etc.

La lutte contre ces pratiques et contre l'idéologie qui les soutient est la tâche que se donne le mouvement contre le spécisme.

Le 5 juin, pour la 3ème année consécutive, aura lieu la Journée mondiale contre le spécisme.

Dans le monde entier, des actions sont organisées pour protester contre une idéologie qui est aussi condamnable que le racisme ou le sexisme et qui cause un nombre incalculable de victimes, dont la vie et la mort auront été généralement effroyables.

La consommation de viande est la principale responsable de cette tragédie :

58 milliards de vertébrés terrestres sont tués chaque année dans le monde pour cette raison

et davantage encore de poissons et crustacés (144 millions de tonnes) uniquement pour le goût de consommer leur chair.


Le spécisme n'est pas justifiable, les oppressions qui en découlent non plus.
Pour l'abolition de la viande et de toute autre forme d'exploitation animale !

Vous pouvez annoncer les actions que vous comptez organiser sur : "Annonces d'actions pour la JMCS/Actions for WDAS" http://www.reseau-antispeciste.org/?cat=35


et vous pourrez ensuite publier un compte rendu, voire une recension de presse, sur : "Comptes rendus d'actions JMCS/WDAS Action Reports" http://www.reseau-antispeciste.org/?cat=36


Pour pouvoir publier, il suffit de vous inscrire auparavant sur http://www.reseau-antispeciste.org/  (en bas à droite)




Sur la question du spécisme


En quoi la remise en cause du spécisme est-elle indispensable ?
Parce que c'est l'idéologie sur laquelle reposent aussi bien les lois qui méprisent les droits des animaux que les pratiques qui en découlent.

Voici quelques exemples tirés de notre expérience militante :

Dans la critique de certaines pratiques :

- Comment mettre sérieusement en balance les intérêts fondamentaux des animaux à ne pas être tués et un intérêt à les manger qui, en comparaison, tient du caprice ? C'est du spécisme.
- S'il n'est pas légitime d'utiliser des humains dans la vivisection, pourquoi utiliser des animaux d'autres espèces ? N'est-ce pas uniquement par spécisme ?
- Si nous ne souhaitons pas qu'on nous enferme, qu'on nous ampute et qu'on nous tue, comment justifier que nous le fassions pour d'autres êtres qui souffrent de la même façon de ces pratiques ? C'est du spécisme.
- Pourquoi refuser des droits aux animaux ? Parce que ce ne sont "que" des animaux ? C'est du spécisme.

La notion de spécisme est importante aussi parce que :

- le spécisme repose sur les mêmes bases idéologiques que les discriminations raciste ou sexiste, avec comme point central l'utilisation de la « nature » comme justification de l'infériorisation de certains individus. La « nature » des animaux serait inférieure, parce qu'elle serait... « animale », « instinctive », « programmée », alors que la « nature » des humains serait supérieure, parce que « libre », « rationnelle » ou « spirituelle ». Ces "natures" "inférieure" et "supérieure" sont censées légitimer la domination des humains sur les autres êtres sentients.

- la notion d'égalité ne peut pas, par définition, s'appuyer sur des critères arbitraires ; sinon, il ne s'agit plus d'égalité, mais justement d'injustice et d'inégalité. Elle doit embrasser l'ensemble des êtres qui ont des intérêts à défendre, qui donc possèdent des intérêts qui doivent être défendus, c'est-à-dire, l'ensemble des êtres sentients. Il ne doit pas y avoir une double morale : égalitaire entre les humains et eux seuls, élitiste et inégalitaire à l'encontre des autres.

- la notion d'idéologie spéciste permet de rendre compte de l'existence d'une vision du monde structurée qui aboutit à l'invisibilisation et à l'infériorisation des animaux.
Quelques effets parmi d'autres de cette idéologie :
- les animaux n'apparaissent généralement pas en tant qu'individus, mais sont plutôt perçus comme des spécimens indifférenciés de leur espèce ;
- on confond souvent la lutte pour la prise en compte de leurs intérêts individuels avec la lutte pour la préservation des espèces...
Ici, il s'agit d'affirmer haut et fort que nous nous soucions des êtres sentients en tant qu'individus.

- La notion de spécisme est une notion d'ordre politique qui permet une analyse sociale du problème animalier, tout comme les notions de racisme et de sexisme. Elle permet d'envisager la lutte en tant que lutte politique, de la mettre en perspective avec les luttes de libération qui l'ont précédée et d'imaginer les modes d'action dans une perspective à court, moyen et long terme (la revendication de l'abolition de la viande, par exemple). En employant la comparaison avec les idéologies et systèmes sociaux racistes ou sexistes, on fait prendre conscience aux gens que l'élevage, la chasse, la pêche et les autres pratiques d'exploitation et d'oppression ne sont pas "naturels", mais socialement institués, historiquement situés, éthiquement condamnables et politiquement combattables.

En attirant l'attention sur le spécisme, cette journée mondiale est l'occasion d'affirmer que l'oppression des animaux n'est pas plus une question de choix personnel que ne l'est une oppression humaine. De même que le fait de tuer ou maltraiter un humain ne ressort pas de la liberté individuelle, mais constitue une injustice à combattre, la question animale doit apparaître comme une question éthique, sociale et politique qui s'impose à toutes et à tous et à propos de laquelle la société doit accepter de façon urgente d'engager un débat.

Fair Use Notice and Disclaimer
Send questions or comments about this web site to Ann Berlin, annxtberlin@gmail.com