Visitor:
Animal Protection > AR FAQs
French - AR FAQs (Wiki)

TRADUCTION FR: AR FAQ, 2003

[edit]

http://kincalvin.xwiki.com - site of wiki
Version originale (Anglais) à traduire: ici
La FAQ de l'AR est le projet de traduction principal, pour traduire d'autres pages du site de l'ALF, c'est ici

Merci de signaler ci-dessous l'avancement de vos traductions de la FAQ sous la forme:
#? (numéro de la FAQ): Etat (Terminé, Partiel, Réservé):

Avancement de la traduction:
#0: Termin� (INTRO)
#1: Termin�
#2: Termin�
#3: Partiel
#4 � #7: Termin�
#8: Partiel
#9: Termin�
#10: R�serv� (traduction en cours: K.C)
#11: R�serv� (traduction en cours: K.C)
#12: R�serv� (traduction en cours: K.C)
#13: partiel
#14: Termin�
#?: Etat ?


Derni�re modification (vo): 09/07/03 Version: ar-faq.txt 3.2 Index FAQ d'AR

Introduction
Bienvenue � la Foire Aux Questions d'Animal Rights (FAQ d'AR). Cette FAQ vise deux objectifs:

a) Etre une source d'informations et de motivation aupr�s des personnes s'int�ressant au mouvement du droit de l'animal.
b) R�pondre aux questions fr�quentes et justifications donn�es par les adversaires de l'AR (l'organisation Animal Rights: Droits de l'animal).

Ce texte v�hicule des recommandations pour les droits des animaux. Les personnes s'opposant aux id�es d�fendues ci-dessous sont invit�es � cr�er une FAQ expliquant leurs diff�rences de point de vue. Nous ne nous int�ressons ici qu'� l'AR, aucun propos allant � l'encontre de celle ci n'est pr�sent. Par ailleurs, la nutrition et les questions concernant le v�g�tarisme et le v�ganisme sont volontairement �lud�es ici car des informations � ce sujet sont pr�sentes dans les FAQs de v�g�tarisme/v�ganisme maintenues par Michael Traub. La FAQ � �t� cr�e gr�ce � la collaboration de plusieurs auteurs, ceux ci sont identifiables de part leurs initiales dans les r�ponses, � savoir :

Initiales: Pr�nom, nom: Adressse email:
TA Ted Altar taltar_AT_beaufort.sfu.ca
JE Jonathan Esterhazy jester_AT_cc.umanitoba.ca
DG Donald Graft dgraft_AT_gate.net
JEH John Harrington jeh_AT_bisoym.com
DVH Dietrich Von Haugwitz vonha001_AT_mc.duke.edu
LJ
Lear Jacobi
leor_AT_mellers1.psych.berkeley.edu
LK Larry Kaiser lkaiser_AT_umich.edu
JK Jeremy Keens keens_AT_pitvax.xx.rmit.edu.au
BL Brian Luke luke_AT_checkov.hm.udayton.edu
PM Peggy Madison madison_AT_alpha.acast.nova.edu
BRO Brian Owen brian6_AT_vaxc.middlesex.ac.uk
JSD
Janine Stanley-Dunham
JLS Jennifer Stephens jlstephe_AT_uncc.edu
MT Michael Traub traub_AT_btcs.bt.co.uk
AECW Allen ECW aecw001_AT_mayfair.demon.co.uk

La FAQ contient aussi de nombreuses citations provenant de personnages c�l�bres du monde contemporain ou pass�. Ces citations sont identifiables de part le symbole '--' qui pr�c�de le nom de leurs auteurs. Par exemple: --Thomas Edison

Id�es et critiques sont encourag�es et seront recues avec plaisir.

Envoyez vos commentaires � : arviews-panel_AT_ar-views.org

Les @ ont �t� volontairement remplac� par des _AT_ afin d'�viter l'indexation des emails par des spammers.
Merci d'effectuer le remplacement inverse pour retrouver une email valide.

GENERAL

#01 Qu'est ce que l'Animal Rights (AR) et en quoi cela me concerne t-il ?

Le principe fondamental du mouvement d'AR est que tout animal non humain a le droit de vivre selon sa propre nature, loin du vice, des abus et de l'exploitation. Cela va plus loin que le simple fait d'affirmer que nous devrions mieux traiter les animaux pendant leur exploitation, ou avant de les tuer pour les manger. L'AR affirme que l'animal � le DROIT, tout comme l'Homme, de vivre librement � l'abri de la cruaut� humaine et de l'exploitation. Le refus de ce droit aux animaux non-humains en raison de leur appartenance � une esp�ces est consid�r� comme �tant du "sp�cisme". Les activistes d'Animal Rights essayent d'�tablir un cercle humain de respect et de compassion au del� de notre esp�ce pour y inclure d'autres animaux qui sont aussi capables de ressentir la douleur, la peur, la faim, la soif, la solitude et les liens de parent�s. Lorsque nous essayons d'y parvenir, nous nous rendons alors compte qu'il nous est impossible d'accepter l'industrie animali�re, la vivisection et l'utilisation des animaux dans le monde du divertissement (ex: cirque). Par ailleurs, il existe des faits qui sont sujets � d�bat chez les activistes d'Animal Rights. En effet, il est question de savoir si N'IMPORTE QUELLE recherche nuisant aux animaux peut �tre justifi�e, o� se dessine la ligne affranchissant les animaux de leurs droits, dans quelles occasions la d�sob�issance civique peut �tre appropri�e, etc. N�anmoins, ces points possibles de d�saccord ne nient pas les principes qui nous unissent: Compassion et int�r�t � l'encontre de la douleur et de la souffrance des non-humains.

Cette FAQ � pour objectif de r�pondre aux justifications donn�es sur la fa�on dont notre soci�t� exploite les animaux. De telles "justifications" nous aident � �ter de nos consciences le fardeau que repr�sente cette traite, mais cette FAQ prouve qu'elles n'excusent en rien le mal que nous causons aux animaux. Au del� de la port�e de cette FAQ, vous pourrez trouver davantage d'informations en lisant trois oeuvres classiques de la litt�rature d'AR.

The Case for Animal Rights, TomRegan (ISBN 0-520-05460-1)
In Defense of Animals, Peter Singer (ISBN 0-06-097044-8)
Animal Liberation, Peter Singer (ISBN 0-380-71333-0, 2nd Ed.)

Tout en appr�ciant les contributions importantes de Reagan et Singer, de nombreux activistes pour la d�fense des droits des animaux soulignent le r�le de la compassion en tant qu'actuelle et principale motivation du mouvement pour les droits des animaux, par opposition aux justifications philosophiques de Raegan et Singer.

Au lecteur qui se demande "pourquoi devrais-je m'en soucier?", nous exposons les raisons suivantes:

L'une des raisons concerne la r�duction de la souffrance des animaux. Une autre se pr�occupe de l'int�gration des animaux dans notre cercle humain, de l'am�lioration de la sant� de l'humanit� enti�re ainsi que de la famine et de la malnutrition de l'homme. Une nouvelle veut emp�cher la d�gradation radicale de l'�cosyst�me de notre plan�te. Une derni�re veut nous pr�server de la d�sertification.

Il peut �tre complexe de percevoir les liens unissant ces th�mes avec l'AR lui m�me. Merci de rester inform� tandis que nous essayons de clarifier ceci. DG.

Le jour viendra peut-�tre o� le reste de la cr�ation animale obtiendra ces droits que seule la main de la tyrannie a pu lui refuser. -- Jeremy Bentham (philosophe).

La vie est la vie. Qu'il s'agisse d'un chat, d'un chien ou d'un Homme. Il n'y a pas de diff�rences entre un chat et un Homme. Cette id�e de diff�rence est une conception humaine pour le seul avantage de l'Homme… -- Sri Aurobindo (po�te et philosophe).

La non-violence m�ne aux �thiques les plus �lev�es, ce qui est le but de toute l'�volution. Jusqu'� ce que nous cessions de nuire aux �tres vivants, nous resterons des sauvages. -- Thomas Edison (inventeur)

Le temps viendra o� les Hommes, comme moi, regarderont le meurtre des animaux comme ils regardent maintenant le meurtre de leurs semblables. -- L�onard De Vinci (philosophe, scientifique).

VOIR AUSSI #2-#3, #26, #87-#91

#02 En quoi mouvement d'Animal Rights (Droits Animal) est-il diff�rent de celui d'Animal Welfare (Bien-�tre Animal) et de l'Animal Lib�ration (Lib�ration Animale) ?

Animal Rights Versus Animal Welfare
Introduction d'Animal Rights et Welfare

Le mouvement d'Animal Welfare reconna�t la souffrance des animaux et tente de r�duire les mauvais traitements qui leurs sont impos�s par les Hommes. N�anmoins, celui ci n'a pas pour objectif d'abroger l'utilisation et l'exploitation des animaux. En effet, une personne soutenant l'Animal Welfare pourrait �tre en faveur d'un espace correct et d'une nourriture saine (etc..) pour les vaches, mais celle ci n'aurait en revanche aucun �tat d'�me � la tuer et � la manger par la suite � partir du moment o� la vache � �t� �l�v�e et abattue d'une facon "humaine". Le mouvement d'Animal Weffare est repr�sent� par des organisations comme la Society for Prevention of Cruelty to Animals (Soci�t� pour la Pr�vention de la Cruaut� envers les Animaux) et l'Humane Society (la Soci�t� Humaine). Le mouvement d'Animal Rights va quant � lui plus loin, en mettant un terme � l'exploitation des animaux et en leur accordant des droits dans cet optique.

Ceci dit, nous pouvons constater que certains poss�dent une large interpr�tation de ce qu'est l'AR. En effet, soutenir les principes de l'AW peut revenir � soutenir des principes d�fendus par l'AR (par exemple, le droit que poss�de un chien � ne pas �tre battu). Sous cette interpr�tation, l'AR est per�ue comme un tout englobant l'AW et les groupes de l'AR. C'est une interpr�tation qui a l'avantage de porter l'AR vers le courant principal mais il existe en r�alit� une r�elle distinction entre l'AW et l'AR, tel que cela est d�crit dans le premier paragraphe.

l'Animal Liberation (AL, Lib�ration Animal) est pour beaucoup de personnes synonyme d'Animal Rights (voir plus loin). Certains pr�f�rent le terme "Liberation" car il fait penser � des mouvements de lib�ration qui se sont termin�s en succ�s, tel que le mouvement pour la lib�ration des esclaves et des femmes, au d�triment du terme "Rights" (Droits) qui a tendance � d�ranger quand il est employ� pour des animaux. Le terme "Animal Liberation" est notamment devenu c�l�bre lorsque Peter Singer publia un livre du m�me nom. L'utilisation du terme lib�ration devrait �tre s�par�e de son sens litt�ral comme cela est indiqu� � la question #88. C.f : Un Animal Liberationist (Lib�rateur d'Animaux) n'est pas n�cessairement une personne qui s'engage dans la d�sob�issance civile ou dans des actions ill�gales. Finalement, l'honn�tet� intellectuelle nous oblige � reconnaitre que le compte rendu propos� ici est transmis dans les grandes lignes (mais est au moins approximativement correct), et fait volontairement l'impasse sur les d�bats actuels au sujet de la signification des termes "droits des animaux" "lib�ration des animaux" et "bien �tre animal", de l'histoire de ces mouvements, et des positions actuelles des penseurs les plus connus. Pour donner une id�es des ces d�bats, le texte suivant d�crit une position coh�rente possible. Bien entendue elle sera critiqu�e de tous les c�t�s !

Certains notent une subtile diff�rence entre le mouvement de l'Animal Liberation et de l'Animal Rights. Le mouvement d'Animals Rights, tel que celui ci est soutenu par Reagan et ses adh�rents, insiste sur l'abolition totale de pratiques commes les exp�rimentations animales. En revanche, le mouvement de l'Animal Liberation tel que celui ci est soutenu par Singer et ses adh�rents, rejette cette vision absolutiste des choses et s'y oppose dans certains cas, car ces exp�rimentations peuvent �tre moralement d�fendables. En effet, ces exp�rimentations animales sont justifables par l'AL dans la mesure o� elles le seraient �galement sur des humains. Ces distinctions et l'opposition de ces deux th�ories �thiques refl�tent les diff�rences de point de vue qui existent entre l'AR et l'AF. (Cf: Absolutisme vs Utilitarisme).

Historiquement, les groupes de protection des animaux ont essay� d'am�liorer le sort des animaux dans la soci�t�. Ils ont lutt� contre le concept ancr� dans les moeurs occidentales de l'animal en tant qu'�tre d�pourvu d'�me, et indigne de toute consid�ration morale. Le mouvement de d�fense des droits des animaux se pr�sente comme une alternative abolitioniste aux partisans r�formistes du "bien-�tre animal". Comme le mouvement de d�fense des droits des animaux a acquis plus d'ampleur et d'influence, l'industrie animali�re a finallement �t� contraint de r�agir. S�rement inspir�s par les efforts de Tom Reagan pour distinguer "droit des animaux" et "bien �tre des animaux", les groupes industriels soucieux de maintenair de statu-quo se cachent derriere le terme "bien-�tre des animaux". Les pro vivisection, chasse, piegeage, agro-industriel, et utilisation des animaux � des fins "divertissantes", se d�finissent maintenant comme partisans du "bien-�tre animal". Plusieurs groupes dont le but est de d�fendre ces pratiques ont �galement vu le jour. Ce sch�ma classique de double jeu dans les relations publiques reconnait en th�orie la question de la cruaut� envers les animaux, tout en permettant le perp�tuation d'usages et d'abus des animaux. L'effet propagandiste consiste � stigmatiser des protecteurs des animaux, en les d�signant comme extremistes, tout en se pr�sentant comme des personnes raisonnables et mod�r�es. Actuellement, la question du bien �tre animal est invoqu�e tant par les industries d'exploitation des animaux que par les groupes de protection animale. LJ

#03 Q'entend-on exactement par "droits" et quels sont les droits que nous pouvons accorder aux animaux?

En d�pit d'�tre la base de la tradition lib�rale occidentale, le concept de "droit" a �t� une source de pol�miques et de confusions au cours du d�bat sur l'AR. Une remise en cause fr�quente du droit des animaux consiste � se demander d'o� viennent ces droits. Un tel argument pourrait se formuler comme suit :

D'o� viennent ces droits? Etes vous en communication sp�ciale avec Dieu, qui vous aurait dit que les animaux ont des droits ? Ces droits ont ils �t� accord�s par la loi ? Les droits ne sont-ils pas quelques choses que les humains doivent garantir ?

Il est vrai que le concept de "droit" doit �tre prudemment expliqu�. Il est �galement vrai que le concept de "droits naturels" se heurte � un probl�me philosophique. (Le point le plus compliqu� est de loin la confusion entre droit l�gal et droit moral.) Une tentative pour �viter ce probl�me du "droit naturel" est de l'accepter, mais on pourrait penser que, si il n'emp�che pas de penser que les humains ont des droits, il n'emp�che pas non plus de penser que les animaux ont des droits. Henry Salt �crivit:

Les animaux ont-ils des droits ? Indubitablement, si les Hommes en ont. C'est ce que je voudrais faire comprendre dans ce chapitre… The fitness of this nomenclature is disputed, but the existence of some real principle of the kind can hardly be called in question; so that the controversy concerning "rights" is little else than an academic battle over words, which leads to no practical conclusion. I shall assume, therefore, that men are possessed of "rights," in the sense of Herbert Spencer's definition; et si l'un de mes lecteurs conteste l'utilisation de ce terme, je ne peux que r�pondre que je suis parfaitement dispos� � en changer, aussit�t qu'un mot plus appropri� me sera propos�. La question qui attire imm�diatement notre attention est celle-ci; si les Hommes ont des droits, alors les animaux ont ils aussi leurs droits ?

Aussi satisfaisant que puisse �tre cet argument, il ne permet toujours pas de repondre aux sceptiques qui d�sapprouvent la notion de droit, m�me pour des humains.Fortunately, however, there is a straightforward interpretation of "rights" that is plausible and allows us to avoid the controversial rights rhetoric and underpinnings. It is the notion that a "right" is the flip side of a moral imperative. Si, d'un point de vue �thique, nous devons nous abstenir d'infliger un acte X � un �tre vivant, alors cet �tre a le droit de ne pas subir X. Par exemple, si notre �thique nous dit que nous ne devons pas tuer, alors l'autre a le droit de ne pas �tre tu�. Cette interpr�tation du terme "droit" est intuitive, et tout le monde la comprend et l'approuve ais�ment. (Bien s�r, les droits ainsi d�finis peuvent �tre d�clar�s "droits l�gaux" par la l�gislation appropri�e).

Il est important de comprendre que, dire que les animaux ont des droits, n'implique pas ou n'exige pas qu'ils aient tous les droits que poss�dent les humains, et vice versa. Consid�rons chez l'Homme le droit de vote (en tant qu'imp�ratif moral de donner aux Hommes le droit d'exercer une influence sur les actions qui auront des cons�quence sur leur vie). Puisque les animaux n'ont la capacit� ni de considerer rationellement les actes et leurs cons�quences, ni de comprendre le concept de d�mocratie et de vote, ils n'ont pas la capacit� de voter. Il n'est donc pas moralement imp�ratif de leur permettre d'exercer le droit de vote ! De m�me, les volailles ont un fort besoin naturel de s'�tendre et de battre des ailes; right-thinking people feel an ethical imperative to make it possible for them to do so. Nous pouvons dire que les volailles ont le droit de battre des ailes. Les humains ne peuvent �videmment pas en dire autant.

Les droits que les animaux et les humains poss�dent sont d�finis par leurs int�r�ts et leurs capacit�s. Les animaux ont inter�t � vivre, � �viter la douleur, et m�me � �tre heureux (tout comme les Hommes). En raison des imp�ratifs moraux, ils y ont droit (tout comme les Hommes). Ils peuvent exercer ces droits en vivant leur vie loin de l'exploitation, de la main de l'Homme et de ses abus. DG

VOIR EGALEMENT: #1-#2

#04 L'AR rel�ve de l'hypocrisie, car pourquoi ne pas donner des droits aux insectes et aux plantes?

L'argument de l'hypocrisie nous parvient de nombreuses mani�res. La plus fr�quente se r�dige de la forme:

"C'est hypocrite de donner des droits aux vaches mais pas aux plantes; Alors, les vaches ne peuvent pas avoir de droits".

Ce type d'arguments est fr�quemment utilis� contre l'AR. Mais il n'est pas n�cessaire de poss�der un sens de l'analyse tr�s d�velopp� pour constater que cet argument n'a pas de valeur. Premi�rement, la m�thode de cette argument consiste � pr�tendre que si A rel�ve de l'hypocrisie, cela serait la preuve irr�futable de l'hypocrisie de B, alors que ce dernier ne rend pas A n�cessairement faux. En effet, affirmer la validit� A et non celle de B se veut incr�dible, n�anmoins, cela ne change en rien la validit� de A. Dans un second temps, nous pouvons constater que cette m�thode argumentaire tend � m�langer deux sujets qui sont oppos�s. Dans l'exemple ci-dessus, il y a des diff�rences entre les vaches et les plantes (les plantes ne poss�dent pas de centres nerveux), donc l'utilisation de l'hypocrisie n'est pas justifiable. L'utilisation d'une telle critique discr�dite compl�tement la th�se de l'hypocrisie. En conclusion, l'utilisation de l'hypocrisie peut se traduire en un sp�cisme. Par exemple, la citation de ci-dessus peut �tre reformul� de la sorte:

"C'est hypocrite de donner des droits aux humains mais pas aux plantes; Ainsi, les hommes ne peuvent pas avoir de droits".

Afin d'�chapper � cette reductio ad absurdum dont fait preuve la premi�re citation, nous devons faire une diff�rence cruciale entre les vaches et les humains, en d'autres termes d�noncer le sp�cisme qui � lieu lorsque que l'on attribue des droits aux hommes mais pas aux vaches. (A la question #24, nous appliquons une th�se semblable � la charge de l'hypocrisie li�e � l'avortement, se r�f�rer aux questions #39 � #46 en ce qui concerne les insectes et les plantes). En conclusion, nous devons nous demander qui sont v�ritablement les hypocrites. Les citations qui suivent sont de Michael M qui d�nonce l'hypocrisie que repr�sente l'exploitation des animaux de companie. DG

Certains animaux de ferme sont entass�s � cinq dans un espace de deux m�tre carr�s, ils sont attach�s continuellement, ch�tr�s sans m�me �tre anesth�si� ou marqu�s au fer rouge. Le propri�taire d'un animal de compagnie ne serait non moins poursuivie s'il traitait son animal de la m�me mani�re; Un pr�sident am�ricain fut moralement censur� simplement pour avoir tir� les oreilles de ses deux Beagles. Michael W. Fox (Vice President de HSUS)

VOIR AUSSI #24, #39-#46

#05 De quel droit les personnes soutenant l'AR imposent-elles leurs opinions aux autres ?

Il n'y a pas de si grandes diff�rences entre imposer ses vues et en faire de la publicit�. Les d�fenseurs de l'AR n'imposent certainement pas leurs vues de la m�me fa�on que l'a fait l'Inquisition Espagnole ou que l'a fait l'Eglise � Galileo. Cependant, nous ressentons le devoir moral de pr�senter nos id�es au public et le plus souvent � nos amis et connaissances. Ce combat ressemble � d'autres, tels que: la lutte contre l'esclavage et contre la guerre du Vietnam, ainsi que la condamnation du racisme, etc. Certains pourraient pointer que la plus grave injustice commise est celle que repr�sente l'industrie animali�re sur ses victimes innocentes et sans d�fenses que sont les animaux.

Si la libert� signifie tout, alors cela signifie aussi le droit de dire � tous ce que personne ne veut entendre. George Orwell (Auteur)

Je ne leur donnerai jamais l'enfer. Je ne fais que de dire la v�rit� et ils pensent que je parle d'un enfer. Harry S. Truman (trente-troisi�me pr�sident des Etats-Unis)

VOIR EGALEMENT: #11, #87-#91

#06 L'AR n'est-il pas simplement du politiquement correct ?

Si seulement cela pouvait �tre vrai ! Le terme de "politiquement correct" ne s'applique qu'� un sujet donn� en fonction de l'�poque ou nous vivons. En effet, il s'adapte seulement au courant social de l'histoire vis � vis duquel certains peuvent �tre en d�saccord. Par exemple, des personnes d�favorables � l'�galit� de traitement des races pourraient soutenir une opinion "politiquement correcte". L'ordre du jour de l'AR, est, actuellement, loin d'�tre une id�e traditionnelle. En outre, il est ridicule de supposer qu'un label "Politiquement correct" ou "Politiquement incorrect" puisse figurer sur chaque point de vue pour en affirmer ou non sa validit�. DG

#07 L'AR n'est-il pas juste une autre religion ?

Non. Le dictionnaire d�finit la ''religion'' comme faisant appel � une puissance surnaturelle (une d�finition alternative fait r�f�rence � la d�votion � une cause; qui est l� une vertu que le mouvement de l'AR serait heureux de faire pr�valoir). Les personnes soutenant l'Animal Rights proviennent de nombreuses religions et philosophies diff�rentes. Ce qu'elles partagent est une croyance bas�e sur l'importance de montrer de la compassion envers d'autres individus, humain ou non humain. LK

#08 N'est-il pas humiliant pour l'Homme de donner des droits aux animaux ?

A tongue in-cheek, though valid, la r�ponse � cette question est donn�e par David Cowles-Hamar: ''Les humains sont des animaux, donc les droits de l'animal sont les droits de l'Homme !'' D'une observation plus s�rieuse, nous pouvons constater que les droits donn�s aux femmes et au peuple noir n'ont en rien humili� l'homme blanc. Par analogie, alors, donner des droits aux non humains ne diminue en rien les humains. Si quoique ce soit est moralement juste et permet d'ouvrir le cercle de compassion envers les non humains, alors nous anoblissons l'Homme. (Se r�ferer � la question #26 pour d'autres arguments appropri�s). DG

La grandeur d'une nation et ses progr�s moraux peuvent �tre jug�s � la mani�re dont elle traite les animaux. -- Mahatma Gandhi (homme d'�tat et philosophe)

C'est dans un premier temps la compassion de l'homme vis � vis de toutes cr�atures qui fait de lui un v�ritable homme. -- Albert Schweitzer (homme d'�tat et philosophe)

Aussi longtemps que les hommes massacreront les B�tes, ils s'entre-tueront. En effet, quiconque s�me le meurtre et la douleur ne peut pas conna�tre la joie et l'amour. -- Pythagore (math�maticien)

#09 Hitler et Goebbels n'�taient-ils pas favorables aux droits des animaux?

Cet argument est absurde et presque indigne de toute consid�ration s�rieuse. Ceci consiste � dire que puisque Hitler et Goebbels supportaient (pr�tenduemment....) les droits des animaux (par exemple, Hitler fut v�g�tarien durant un certain temps), alors le principe d'accorder des droits aux animaux doit-�tre erron� ou douteux. Le probl�me de cet argument est simple: les "mauvaises" et les "bonnes" personnes peuvent s'accorder sur certains points. Ou, vu sous un autre angle, si une personne a une opinion condamnable sur un sujet (par exemple le Nazisme), toutes ses id�es ne sont pas pour autant mauvaises. Quelques exemples suffisent � illustrer cela. Les Nazis men�rent des campagnes anti-tabac. Est-il pour autant douteux de d�courager les gens de fumer ? Les premiers Am�ricains respectaient et accordaient des libert�s aux noirs. Cela signifie-t-il qu'ils avaient tort ? Techniquement, cet argument est une erreur "ignoratio elenchus", relevant de l'inapplicabilit�. Pour conclure, de nombreux disciples doutent qu'Hitler et Goebbels aient soutenu l'AR de quelque mani�re que ce soit… DG

VOIR EGALEMENT: #54

#13 Mais n'est-il pas vrai que les animaux n'existeraient pas si nous ne les �levions pas pour l'abattage ?

Il y a deux fa�on d'interpr�ter cette question. Premi�rement, l'interrogateur peut se r�f�rer ici aux "animaux" en tant qu'esp�ces, auquel cas l'argument pourrait �tre formul� ainsi :

"Les vaches sont �lev�s pour des raisons purement �conomiques; En �change de ce qu'elles nous apportent, nous leurs permettons de survivre."

Mais l'interrogateur peut aussi se ref�rer aux animaux en tant qu'individus, auquel cas le question peut se formuler comme suit:

"Une vache n'aurait pas de vie si nous ne l'�levions pas pour la manger" Nous traiterons en premier lieu l'interpr�tation sp�ciste avant d'aborder la question individuelle. L'argument de l'interrogateur s'applique � priori � toutes les esp�ces d'animaux. Pour rendre les choses plus concr�te, nous prendrons les vaches comme exemples dans le texte suivant. Il est incorrect d'affirmer que les vaches n'existeraient plus si nous ne les �levions pas pour la consommation humaine. Premierement, de nos jours, en Inde et ailleurs, les Hommes et les vaches sont li�s par une relation r�ciproque et respectueuse. Ce n'est que r�cemment dans l'histoire de l'Homme que cette relation s'est transform�e en l'exploitation unilat�rale que nous pouvons observer de nos jours. IL Y A une place pour les vaches entre l'abattage/consommation et l'extinction. (Les lecteurs interess�s peuvent se ref�rer au livre "Beyond Beef" de Jeremy Rifkin pour plus d'informations � ce sujet).

Dans un second temps, de nombreuses organisations ont pour objectif de prot�ger les animaux en voie de disparition. Il n'y a aucune raison de supposer que les vaches n'auraient pas non plus le droit d'�tre prot�g�es. L'argument sp�ciste est �galement d�fectueux puisqu'en r�alit�, notre exploitation intense du b�tail se traduit par la destruction d'habitats et l'extinction d'autres esp�ces. Par exemple, la d�forestation pour cr�er des p�tures a men� � l'extinction d'innombrables esp�ces. L'affermage de b�tail d�truit des habitats sur six continents. Pourquoi se sentir si concern� par les vaches et pas par les autres esp�ces ? Cela aurait il quelque chose � voir avec le fait que nous VOULONS continuer � manger les vaches ?

Finally, a strong case can be made against the species argument from ethical theory. Arguments similar to the questioner's could be developed that would ask us to accept practices that are universally condemned. Par exemple, consid�rons une entreprise qui �l�verait une race particuli�re d'Hommes pour en faire des esclaves. Elle tenterait ed se justifier en affirmant que cette race n'existerait pas si elle ne la forcait pas � se reproduire pour son commerce. Le lecteura ccepterait-il cette justification? Maintenant, passons � l'interpr�tation individuelle de la question. Une fa�on de r�futer l'argument est de r�pondre comme suit:

Il est pr�f�rable de ne pas na�tre si c'est pour vivre une vie mis�rable et �tre condamn� � une mort pr�matur�e.

Pour beaucoup, c'est suffisant. Cependant, la question n'est pas de savoir si la vie a �t� mis�rable avant la mort ou pas. Supposons qu'une vache soit bien trait�e avant d'�tre tu�e sans souffrance puis mang�e. N'est-il pas vrai qu'elle aurait tout autant appr�ci� sa courte vie si elle n'avait pas �t� �l�v�e pour la consommation ? Furthermore, what if we compensate the taking of the life by bringing a new life into being ? Peter Singer originally believed that this argument was absurd because there are no cow souls waiting around to be born. Many people accept this view and consider it sufficient, but Singer now rejects it because he accepts that to bring a being to a pleasant life does confer a benefit on that being. (There is extensive discussion of this issue in the second edition of Animal Liberation.)

Alors comment proc�der ? La cl� est que l'AR affirme que les humains et les non-humains ont le droit de ne pas �tre tu�s par les humains. Le probl�me moral apparait clairement lorsqu'on l'applique aux humains. Consid�rons le cas d'un couple qui mets un enfant au monde et le mange � l'�ge de 9 mois, � la naissance de leur deuxieme enfant. Un enfant de 9 mois n'a pas plus conscience de sa situation et n'a pas plus de projets d'avenir qu'une vache, il n'y a donc pas de raison de diff�rencier les deux cas. Toutefois, nous condamnons sans aucun doute le couple. Nous le condamnons car l'enfant est un individu qui a le droit de vivre. Pourquoi ce droit ne serait-il pas applicable � une vache ? Probablement parce que celui qui pose la question a envie de la manger. DG

It were much better that a sentient being should never have existed, than that it should have existed only to endure unmitigated misery. Percy Bysshe Shelley (po�tt)

VOIR EGALEMENT: #12

#14 Les animaux que nous utilisons n'ont ils pas une meilleure vie puisque nous les nourissons et les prot�geons ?

Cette question r�uni deux id�es diff�rentes. Premi�rement la joie ou le contentement grandit quand on est nourri et prot�g�, deuxi�mement que les animaux sont effectivement nourris et prot�g�s. Ces deux affirmations peuvent �tre remises en question. En effet les animaux sont nourris: apr�s tout, ils doivent �tre engraiss�s pour la consommation. Quoi qu'il en soit il est tr�s difficile de consid�rer que les poulets de fermes industrielles sont prot�g�s ! Il ne sont pas prot�g�s contre les mutilations, puisqu'on leur coupe le bec. Ils ne sont pas � l'abris de la soufrance psychologique, puisqu'ils sont entass�s tous ensemble dans des conditions loin d'�tre naturelles! Et enfin, ils ne sont pas prot�g�s des pr�dateurs, puisqu'ils sont abattus et mang�s par les Hommes. On peut �galement discuter la notion de bonheur accru par la nourriture et la protection seules. Les esclaves gallo-romains �taient nourris et prot�g�s des �l�ments; N�ammoins, ils �changeraient volontier leur situation au profit d'une vie certes plus incertaine, mais plus heureuse. Il en va de m�me pour les esclaves de l'Am�rique d'autrefois. En conclusion, c'est un argument moral qui s'impose ici. Consid�rons � nouveau le couple de la question #13: Ils ont nourri et prot�g� leur enfant avant de le manger. Nous n'accepterions pas cette justification. Pourquoi devrions-nous l'accepter pour les poulets ? DG

VOIR EGALEMENT: #13



Fair Use Notice and Disclaimer
Send questions or comments about this web site to Ann Berlin, annxtberlin@gmail.com