Visiteurs:
About ALF > Translations
L�essor du mouvement pour les droits des animaux.

Nous progressons � pas de g�ant si on compare nos avanc�es � n'importe quel autre mouvement de justice sociale ant�rieur.

Quand je passe en revue les �tudes obsc�nes des revues professionnelles de l�industrie ou que je visionne des heures d�images afin de les inclure dans "Rencontrez votre Viande," il est facile d�en sortir d�prim�e et de perdre de vue les r�sultats d�j� obtenus. Or ce sont pourtant ces avanc�es, obtenues en un temps tr�s court, qui devraient retenir notre attention.

Souvenons-nous que l'esclavage �tait un march� florissant sur ce continent jusqu'au milieu des ann�es 1860. Il y a cent ans de cela, il n�existait pas de  loi contre les mauvais traitements faits aux enfants dans ce pays. Pas une seule. Votre enfant �tait votre propri�t�, tout comme l��tait votre vache. Beaucoup de lecteurs ont probablement des grands-parents qui se souviennent encore de d�bats houleux au Congr�s : ne disait-on pas que l�Union se dissoudrait si on donnait � ces cr�atures irrationnelles �les femmes-  le droit de participer � la d�mocratie ? Cela n��tait qu�en 1920! La liste est longue...

L�histoire nous rappelle que Socrate, p�re de toute la pens�e philosophique occidentale, d�livrait son enseignement il y a plus de 2 500 ans, soit 25 fois le temps qui nous s�pare des premi�res lois nord-am�ricaines pour la protection des enfants! Shakespeare, qui reste l�auteur dramatique le plus jou� de nos jours, r�digeait ses chefs-d�oeuvre il y a 500 ans, soit plus de trois fois le temps qui nous s�pare de l�abolition de l�esclavage�

Je ne me lance pas dans une le�on d'histoire mais souhaite seulement souligner la rapidit� avec laquelle les choses changent. Il n�y a pas si longtemps �d�un point de vue historique, c��tait hier- la soci�t� pensait, absolument s�re de son fait, que l�esclavage �tait une pratique normale et que femmes et enfants �taient des possessions sur lesquelles l�homme avait domination, ceci et tant d'autres choses encore� Ces conceptions sont bien s�r � l�oppos� exact de notre �thique actuelle. M�me si cela semble difficile � r�aliser, les citoyens d�alors pensaient que ces pratiques �jug�es abominables aujourd�hui- �taient dans l�ordre des choses.

Le d�fi n'est pas de dire "Regardez donc ce que tous ces comportements archa�ques ont co�t� � la soci�t� d�il y a 100 ans !" mais v�ritablement de se demander : "Que faisons-nous donc aujourd�hui qui sera consid�r� avec honte et horreur par les soci�t�s futures? �.

Ce que nous faisons � d'autres animaux est aujourd'hui l'�quivalent moral de ce que nous faisions subir � d'autres humains il n�y a pas si longtemps. Je ne puis qu��tre d'accord avec Leonard de Vinci : les soci�t�s du futur regarderont ce que nous faisons subir actuellement aux animaux avec la m�me incr�dulit� et le m�me d�go�t que nous avons pour ce que certains individus ont fait � d'autres hommes par le pass�.

En mai 2003, un sondage Gallup r�v�lait que les deux tiers des Am�ricains pensaient que des lois fortes devraient  prot�ger les animaux d��levage et quatre-vingt seize pour cent d�entre eux que les animaux devraient recevoir au moins un minimum de protection.

Ces industries qui maltraitent les animaux ne seront pas capables d�aller � l�encontre de l'opinion publique pour toujours. Le monde �volue : jusqu'en 1990, une seule proposition de loi visant � prot�ger les animaux avait �t� adopt�e.  Depuis 1990, nous avons pass� plus de 20 propositions. Quel chemin accompli!     

C�est un fait, l'activisme animal dans les pays d�velopp�s n'a jamais �t� aussi fort et efficace. De plus en plus de gens descendent dans les rues et d�noncent �avec quelle tenacit� et efficacit�- ce qui se passe dans les fermes-usines et les abattoirs. L�internet rend nos efforts de plaidoyer encore plus efficaces : PETA a ainsi pu faire conna�tre notre kit pour v�g�tarien d�butant � plus de 200 000 personnes qui l�ont command� par le net. Et nous pouvons multiplier les exemples.

Aux Etats-Unis, si on consid�re l��tendue de la souffrance animale et si on la met en balance avec les raisons futiles et autres satisfactions gustatives pour lesquelles ces animaux sont condamn�s � souffrir, nous ne pouvons qu��tre convaincus que la lib�ration animale est l'obligation num�ro un de notre temps. Ma croyance profonde est que notre but premier doit �tre de mettre un terme � ces souffrances et � ces morts aussi rapidement et efficacement que possible.

Le 18�me si�cle a connu les balbutiements de notre syst�me d�mocratique. Le 19�me si�cle a aboli l'esclavage dans le monde civilis�. Le 20�me a rendu ill�gal le travail des enfants, criminalis� les mauvais traitements qui leur sont faits, a donn� le vote aux femmes et aux Noirs des droits �quivalents � ceux des Blancs. Si nous agissons autant que nous le pouvons en alliant nos forces, alors le 21�me si�cle sera celui de la lib�ration animale.

Je suis profond�ment honor�e de faire partie de ce mouvement, d�y �tre � vos c�t�s et vous remercie de m�avoir lue.

 

Fair Use Notice and Disclaimer
Send questions or comments about this web site to Ann Berlin, annxtberlin@gmail.com